ANIKÓ ÁDÁM

ANIKÓ ÁDÁM

Titre:
La lecture immersive en 360°

Résumé:

« […] dans ce texte idéal, les réseaux sont multiples et jouent entre eux, sans qu’aucun puisse coiffer les autres ; ce texte est une galaxie de signifiants, non une structure de signifiés ; il n’a pas de commencement ; il est réversible […] »

(Roland Barthes,S/Z, Paris, Seuil, 1970, II, 11).

 

Grâce  aux moyens (intellectuels et technologiques), nous sommes capables maintenant de créer des expériences de lecture inédites ; des expériences de lecture hors-textes : visualisation et représentation des espaces/temps romanesques, des descriptions, des représentations mentales, des transferts intermédiaux (image, film, photo, danse, musique, voix, son, numérisés ou non) : texte/image, texte/son, texte/corps (mouvement), etc.

Tout en analysant des exemples littéraires (Chateaubriand, Proust…), la communication vise à réfléchir sur ces éléments et phénomènes intra-textuels aptes à être visualisés ou prêts à la perception sensible qui mènent le lecteur hors du texte, autrement dit, pas à l’extérieur du texte mais dans les profondeurs d’un univers mental, fictif, lectoral. La question se pose à savoir si ces dimensions mentales, spirituelles et sensibles, créatrices d’expériences de lecture immersives et proposant au corps lisant l’illusion d’un monde en 360°, appartiennent au réel, au fictif ou au virtuel.

Dans nos réflexions, nous opterons pour les considérations des théories littéraires cognitives qui partent d’une conception très élargie de la lecture qui ne serait plus tout simplement l’interprétation d’un texte littéraire, mais une réception « naturelle » de l’univers romanesque.  Au cours de la lecture, les expériences subjectives ne sont pas de simples reflets qui accompagnent la connaissance, mais sont les parties intégrantes et organiques de la compréhension des faits fictifs. Entre la vie et la fiction, on peut saisir un rapport direct, interne et aliénable.

Notice Biobibliographie:
Anikó Ádám est la directrice de l’Institut des Langues classiques et néolatines et du Département de Français, maître de conférences, HDR à l’Université Catholique Pázmány Péter de Budapest. Comparatiste, historienne de la littérature française et traductrice, elle est chargée de cours d’histoire des littératures française et francophone, ainsi que de la traduction ; rédactrice de la revue d’études romanes VERBUM ; membre du groupe de recherche L’historie de traduction en Europe Médiane(INALCO), co-fondatrice et co-directrice du groupe de recherche de littérature comparée Connexion française. Samonographie La poétique du vague dans les œuvres de Chateaubriand : vers une esthétique comparée (Paris, 2008), ainsi que son receuil d’études Du vague des frontièresont été publiés chez L’Harmattan (Paris, 2016). Membre de RETINA International (Recherches Esthétiques & Théorétiques sur les Images Nouvelles & Anciennes), membre du Groupe LEA (Lire en Europe aujourd’hui).